Historique du Prix Hypothèse : Bel hommage des champions à une sans-grade

27 mars 2022

L'Autonomie franchit une haie sur l'hippodrome d'Auteuil, en route vers sa troisième victoire consécutive dans le Prix Hypothèse, le dimanche 27 mars 2022.

Photo L'Autonomie : scoopdyga.com

Mars, Auteuil*

Prix Hypothèse

 

Groupe 3, 5ans et au-dessus, Haies, 3 900 mètres, 120 000 €

Créé en 1888

Tenant du titre : L'Autonomie (f7 FRA par Blue Brésil ex L'Automne, par Kahyasi), appartenant à Catherine Coiffier, élevée par Catherine Coiffier, entraînée par François Nicolle, montée par Angelo Zuliani.

La course sous cette forme se déroule en 2022 pour la 89ème fois

L’édition 2022

Dimanche 27 mars 2022, Hippodrome d’Auteuil (Paris). - Déjà deux fois gagnante du Prix Hypothèse (Gr3) à 5 et 6 ans, L’Autonomie (Blue Brésil) a triomphé une nouvelle fois pour sa rentrée, dominant pour finir de 5 longueurs un bon Porto Pollo (Manduro), comme elle âgé de 7 ans et troisième de l’édition 2020, et le 5ans Thélème (Sidestep). Cette année comme lors de ses deux précédentes victoires, la représentante de Catherine Coiffier effectuait sa rentrée. Entraînée par François Nicolle, la championne des hurdlers français compte désormais plus de 1,25 million d’euros de gains.

Vite en tête, elle a pu mener à sa guise et prononcer un effort décisif entre les deux dernières haies, dans une ligne droite qu’elle a entamé avec le 5ans Colbert du Berlais (Poliglote) à ses basques. En retrait, Hermès Baie (Crillon) était gêné par son compagnon d’écurie Porto Pollo (Manduro), qui allait néanmoins très bien finir pour arracher la deuxième place à son cadet Thélème. Colbert du Berlais est resté plaisant 4ème mais Auteuil n’avait d’yeux aujourd’hui encore que pour la championne L’Autonomie. Après les deux succès dans cette course de sa compagne d’écurie De Bon Cœur, elle inscrit pour la cinquième année consécutive le nom de son entraîneur François Nicolle au palmarès de la course.

 

L’Autonomie est une fille de L’Automne (Kahyasi), gagnante d’une course en plat pour 18 tentatives et réclamée 12 000 € par Catherine Coiffier après avoir terminé septième pour sa dernière apparition publique. La mère de la jument, L’Authie (Linamix), une sœur du 3ème de Prix Royal-Oak (Gr1) Cléty (Sillery), a terminé troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1) et a notamment donné La Canche (Le Havre), placée de Listed en plat.

Après L’Autonomie, L’Automne a donné un fils de Diamond Boy vendu 30 000 € à John Daniel Moore aux ventes d’été Arqana en 2018, et un autre poulain par Diamond Boy né en 2018. Elle fut présentée aux ventes Arqana de février 2015 pleine de L’Autonomie mais n’avait pas atteint son prix de réserve de 7 000 €. Après cette championne, L’Automne a donné L’Autodidacte (Diamond Boy), toujours inédit à 6 ans, son propre frère L’Auteur, qui a 4 ans et a débuté par une quatrième place ce dimanche sur les haies du Prix Alcide sous l’entraînement de François Nicolle, et L’Autocrate (Kamsin), né en 2020.

 

Historique

Ce prix fut créé en 1888 pour commémorer le souvenir d’Hypothèse, jument certes vaillante, mais toutefois fort modeste. Le premier prix Hypothèse, un steeple-chase disputé à Auteuil le 21 juin 1888, ne réunit que trois partants dont deux tombèrent, laissant la victoire à un certain Ophir. Le prix Hypothèse demeura un steeple-chase jusqu’en 1926 quand « aucun des chevaux restant engagés ne s’étant présenté, la course a été annulée ». Le prix Hypothèse fut alors transformé en 1927 en une course de haies programmée tôt dans la saison. Le programme d’Auteuil ayant été réduit durant la Seconde Guerre mondiale et des intempéries ayant provoqué des annulations, le prix Hypothèse fut supprimé à plusieurs reprises : la course n’a pas été disputée en 1929, de 1940 à 1943, en 1944, 1945 et 1956. En 1970, elle a été dédoublée et de la sorte a fourni deux vainqueurs, Ita Caabo et Monterey.

(*) En 2020, le prix Hypothèse s’est déroulée en juin à Compiègne en raison des bouleversements liés à l’épidémie de coronavirus.

 

Hypothèse

Femelle baie brune née en 1873 par The Peer et Ronce (Buckthorn), élevée par M. Teisseire au Faÿ dans l’Oise. Hypothèse remporta dix-neuf courses pour quatre-vingt-seize sorties. A l’automne de sa deuxième année elle court deux fois sans succès sous les couleurs d’Edgar de La Charme.

A 3 ans, elle dispute sans succès neuf courses à réclamer au cours desquelles elle devient la propriété de l’entraîneur Richard Count. Celui-ci la débute en haies en août à Laon où elle se place deuxième. A sa onzième et dernière tentative dans la spécialité fin novembre, elle gagne au Vésinet une course à réclamer à l’issue de laquelle Count la rachète pour 3 110 F.

Ce n’est pas moins de vingt-cinq courses qu’Hypothèse dispute à 4 ans. Huit victoires (une en haies, sept en steeple) sanctionnent cette carrière effectuée au très modeste niveau des réclamers hormis la dernière. Quatre obtenues à Auteuil, trois au Vésinet et une à Angers pour trois propriétaires différents, le vicomte de Buisseret, le comte d’Evry (six) qui la rachète à répétition, et Sir Edouard.

A 5 ans, Hypothèse va poursuivre sa courageuse carrière marquée par vingt et une tentatives à un niveau un peu supérieur, celui des petits handicaps pour le compte de trois propriétaires. Quatre victoires à Auteuil, deux pour Sir Edouard, une pour le comte d’Evry et une pour Camille Blanc. Curieusement lors de ses deux premières courses de la saison, la jument a changé de nom, s’appelant Huitaine-ex Hypothèse pour redevenir à la troisième Hypothèse-ex Huitaine-ex Hypothèse.

Encore dix-huit courses à 6 ans avec cinq victoires, une à Auteuil, deux au Vésinet et deux à La Marche, quatre pour Camille Blanc et une pour M. Delhomme qui l’avait réclamée entre temps.

Fin de carrière à 7 ans pour Hypothèse, dix fois en piste, seulement une fois placée mais avec une tentative victorieuse fin juillet au Havre dans une course plate à réclamer réservée aux gentlemen-riders. Dernière apparition au Mail (La Chapelle-en-Serval), le 20 novembre non placée dans un steeple à réclamer sous la casaque de Camille Blanc. Commence alors une carrière de poulinière tout aussi quelconque que sa carrière sur les hippodromes.

 

Propriétaires

  • Georges Blizniansky (3 victoires) : Monkiss (1974), Maiymad (1982), Bayolidaan (1989).
  • Catherine Coiffier (3 victoires) : L'Autonomie (2020, 2021, 2022).
  • Marquis de Triquerville (2 victoires) : Sarlat (1947), Skiff (1955).
  • Mme Cino Del Duca (2 victoires) : Endless (1978, 1979).
  • Mlle Claude Portefin (2 victoires) : Marittimo (1983, 1984).
  • M. et Mme Gilbert Gallot (2 victoires) : Royal Chance (1994), Royale Athenia (2006).
  • Sean Mulryan (2 victoires) : Cyrlight (2005), Zaiyad (2007).
  • Magalen Bryant (2 victoires) : Blue Dragon (2016), Device (2017).
  • Jacques Détré & Haras de saint-Voir : De Bon Cœeur (2018, 2019).
     

Entraîneurs

  • Jean-Paul Gallorini (6 victoires) : Video Tape (1985), Bedava (1996), Matinée Lover (2000), Nickname (2004), Roi du Val (2011), Formosa Johana Has (2012).
  • René Pelat (5 victoires) : Licinio (1937), Valentin (1953), Arras (1959), Endless (1978, 1979).
  • François Nicolle (5 victoires) : De Bon Cœur (2018, 2019), L'Autonomie (2020, 2021, 2022).
  • Georges Pelat (4 victoires) : Tricolor (1951), Campéador II (1952), Vatelman (1957), Dernier Carat (1964).
  • André Adèle (4 victoires) : Variable (1961), Silfol (1962), Carafon (1969), Monkiss (1974).
  • Bernard Sécly (4 victoires) : Baraka du Diable (1975), Aubisque (1992), Kadalko (1993), El Paso III (1997).
  • Jean Lesbordes (3 victoires) : Bayolidaan (1989), Matchou (1995), Nononito (1998).
  • Arnaud Chaillé-Chaillé (3 victoires) : Cyrlight (2005), Zaiyad (2007), Or Noir de Somoza (2009). 

Jockeys

  • Michel Chirol (4 victoires) : Ita Caabo (1970 dead-heat), Green Shoon (1972), Maiymad (1982), Grand Argentier (1986).
  • Dominique Vincent (3 victoires) : Bayolidaan (1989), Tongan (1990), Discover d’Auteuil (1999).
  • Angleo Zuliani (3 victoires) : L'Autonomie (2020, 2021, 2022).
  • Guy Négrel (2 victoires) : Endless (1978, 1979).
  • Patrick Sabarly (2 victoires) : Marittimo (1983, 1984).
  • Didier Mescam (2 victoires) : Aubisque (1992), Matchou (1995).
  • Jean-Yves Beaurain (2 victoires) : Kadalko (1993), El Paso III (1997).
  • Christophe Pieux (2 victoires) : Cyrlight (2005), Vitray (2010).
  • Jacques Ricou (2 victoires) : Zaiyad (2007), Or Noir de Somoza (2009).
  • David Cottin (2 victoires) : Gemix (2013), Blue Dragon (2016).
  • Bertrand Lestrade (2 victoires) : Dos Santos (2015), Device (2017).