Godolphin tête de liste des propriétaires en 2018 en France

07 janvier 2019

Photo scoopdyga.com

Le classement 2018 des propriétaires de plat est net. L’écurie Godolphin du cheik Mohammed al Maktoum domine largement avec au total 5,6 millions d’euros de gains, plus environ 200 000 € de primes propriétaires, car la plupart des chevaux de cette écurie sont traditionnellement nés à l’étranger et ne sont pas assimilés français.

C’est également le cas pour Khaled Abdullah, qui se place en deuxième position avec 3,5 millions d’euros de gains et moins de 3 000 € de primes ! Évidemment, pour l’écurie du prince saoudien, la lauréate du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe Enable est pour beaucoup dans ce résultat puisque les 2,8 millions d’euros promis au vainqueur représentent 83% des gains de la casaque en France sur l’ensemble de l’année.

La troisième place revient à Wertheimer&Frère avec 2,3 millions d’euros de gains, auxquels s’ajoutent 976 884 € de primes Propriétaires, grâce à un système d’assimilation de poulains nés en dehors de France mais importés dès leur plus jeune âge. On note aussi que tous ces chevaux sont entraînés en France, et qu’avec 101 partants, la casaque bleu et blanc est le deuxième fournisseur en chevaux de course sur le programme français de plat derrière Gérard Augustin-Normand et ses 150 représentants. Au nombre des partants, Wertheimer&Frère se classe troisième avec 364 départs, juste derrière les 638 de Gérard Augustin-Normand, lui-même devancé par l’écurie Cédric Boutin, dont les 79 chevaux ont couru au total 729 fois en 2018. Cela représente une moyenne de 9 courses par an et par cheval, soit une sortie toutes les six semaines environ, ce qui est très raisonnable !

Le meilleur cheval des écuries Godolphin, antenne française et antenne anglaise confondues, à s’être produit en France en 2018 est Cloth of Stars. Il a amassé près de 695 000 € de gains sans pourtant jamais gagner une course ! Il a été cinq fois à l’arrivée au meilleur niveau, cependant, et on se réjouit de le voir rester en France pour y officier comme étalon, désormais. Enable est, on l’a vu, la meilleure représentante de Khaled Abdullah tandis que pour la casaque Wertheimer, c’est la 3ans Polydream qui a accumulé le plus de gains en 2018 en quatre sorties seulement mais avec deux victoires dont le LARC Prix Maurice de Gheest (Gr1). Elle compte près de 330 000 € de gains la saison dernière, primes comprises.

Pour Gérard Augustin-Normand, Neufbosc compte les gains les plus conséquents avec environ 325 000 € au compteur, notamment grâce à sa deuxième place dans le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1).

On note aussi que les quatre premières casaques de France sont aussi celles qui ont remporté le plus de maidens et de courses d’inédits sur les hippodromes de France Galop. À eux quatre, ils totalisent 37 victoires sur ce périmètre pour un programme disponible de 200 épreuves, soit 19%. En revanche, ces propriétaires ne comptent « que » six des vingt détenteurs des meilleurs ratings parmi ceux qui se sont produits l’an dernier sur notre territoire. Même résultat si l’on prend en compte le classement des seuls gains.

En parcourant la liste des meilleurs chevaux de la saison 2018 en France, on note aussi que trois des quatre premières sont des femelles, avec les deux premières du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, et la splendide Laurens, lauréate du Coolmore Prix Saint-Alary et du Prix de Diane Longines. On note enfin que treize des vingt meilleurs chevaux étaient entraînés en France, et trois des dix premiers étaient nés en France : Recoletos (meilleur rating de l’année parmi les français), Laurens et Holdthasigreen.