Nos partenaires

QIPCO s'engage avec le QIPCO Prix du Jockey Club

Déjà partenaire majeur de grandes courses européennes, QIPCO sponsorise le QIPCO Prix du Jockey Club, qui se courra cette année le 4 juin à l’Hippodrome de Chantilly. C’est la 3ème étape des EpiqƎ Series après celles du week-end des Abu Dhabi Poules d’Essai des Poulains et Pouliches et juste avant le Prix de Diane Longines.

QIPCO Holding est une des sociétés d’investissements privées leader du Qatar. Basée à Doha, QIPCO est présent dans de nombreux secteurs comme l’immobilier, le bâtiment, le pétrole et le gaz, le commerce et les services, ou encore la finance et la santé. Il y a quelques années, QIPCO a beaucoup investi dans les courses de chevaux, non seulement en tant que sponsor mais aussi comme propriétaire et éleveur à travers Qatar Racing et Qatar Bloodstock.

Qatar Bloodstock a été créé en 2010 avec l’achat de Makfi et compte dans son effectif les étalons Charm Spirit, qui restera en France en 2018, Harbour Watch, Havana Gold et Hot Streak, basés en Grande-Bretagne et Zoustar, en Australie. Avec le Prix du Jockey Club, QIPCO est également sponsor du British Champions Day, premier partenaire officiel de Royal Ascot et sponsor des Irish Champion Stakes à Leopardstown. QIPCO est détenu par six frères qui sont membres de la famille royale du Qatar et son directeur général est Cheikh Hamad bin Abdullah Al Thani. 

Le QIPCO Prix du Jockey Club, d’une distance de 2100 mètres, est l’aboutissement d’une filière de sélection mais aussi un tremplin vers les plus grandes épreuves du calendrier international. C’est ainsi qu’Almanzor, fort de son triomphe dans le Prix du Jockey Club 2016, décrocha un doublé historique en remportant les Irish Champion Stakes puis les Champion Stakes à Ascot (2 épreuves sponsorisées par QIPCO), devenant ainsi le meilleur poulain de 3 ans entraîné en Europe en 2016.

Avec 1,5 million € d’allocations (dont 857 000 € pour le vainqueur), le QIPCO Prix du Jockey Club est l’épreuve la plus richement dotée du programme français après le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Si le gagnant est né et élevé en France ou assimilé, ses gains s’élèveront à 1,4 million € faisant ainsi du QIPCO Prix du Jockey Club, le « Derby » le mieux doté d’Europe.

Le Prix du Jockey Club (1ère édition en 1834) est une course qui marque la descendance. Qu’ils se nomment Darshaan (vainqueur en 1984), Peintre Célèbre (1997), Montjeu (1999), Dalakhani (2003), Shamardal (2005), Le Havre (2009) ou encore Lope de Vega (2010), les vainqueurs du Prix du Jockey Club ancienne et nouvelle version, sont très souvent devenus des étalons particulièrement recherchés et qui auront marqué durablement le Stud Book. Fils et petits-fils de vainqueurs du Prix du Jockey Club se sont illustrés par la suite comme Darshaan, Dalakhani et Reliable Man.

Avec ce partenariat, QIPCO vient renforcer les moyens marketing consacrés à cet évènement pour en assurer une meilleure communication et améliorer l’accueil de tous les publics. France Galop et QIPCO souhaitent faire de cette journée un grand moment de fête pour les amoureux des courses de chevaux. Du point de vue sportif, France Galop propose une affiche particulièrement attrayante avec quatre autres courses de Groupe : le Grand Prix de Chantilly (Gr2, 2400m, 4ans+), le Prix de Sandringham (Gr2, 1600m, pouliches 3 ans), le Prix du Gros Chêne (Gr2, 1000m, 3ans+) et le Prix de Royaumont (Gr3, 2400m, pouliches 3 ans). L’ambition de France Galop et de son nouveau partenaire QIPCO est d’accueillir le plus grand nombre de passionnés pour une journée sportive, festive et conviviale. Eleveurs, propriétaires, entraineurs, employés de haras et des écuries de courses, tous ceux qui, quotidiennement, façonnent les champions de demain, et bien sûr les turfistes, pourront voir une nouvelle page de l’histoire du Prix du Jockey Club s’écrire dans le cadre somptueux de l’Hippodrome de Chantilly.

Qatar Racing and Equestrian Club (QREC) et France Galop, le mariage de grandes cultures hippiques

Qrec

Le Qatar Racing et Equestrian Club (QREC) représente l’investissement du Qatar dans le monde du cheval, par lequel l’émirat tient à rappeler son traditionnel attachement à tout ce qui se rapporte à cet animal. Le QREC est chargé d’organiser l’effort de promotion qatari dans ses frontières comme dans ses partenariats de par le monde, un monde qu’il contribue à modeler à travers des associations fortes et spectaculaires.

Celle qui, depuis 2008, lie le Qatar au Prix de l’Arc de Triomphe et à quatorze autres courses de Groupe en France, fait figure de modèle du genre. C’est grâce au concours de ce puissant partenaire que France Galop peut s’enorgueillir d’organiser la course de pur-sang sur gazon la plus dotée au monde, avec cinq millions d’euros d’allocations.

Le Qatar, associé au prestigieux Qatar Week-end du Prix de l’Arc de Triomphe dans son ensemble, soutient aussi beaucoup la filière du cheval arabe de course en France, à laquelle il est également très attaché. Depuis 2014, les allocations de la Qatar Arabian World Cup, qui se déroule le même jour que le Qatar prix de l’Arc de Triomphe, ont également été fortement augmentées, atteignant pour la première fois 1 million d’euros.
Le Qatar parraine de nombreux autres événements hippiques de premier plan en Grande-Bretagne, notamment (Glorious Meeting de Goodwood, Champions’ Day à Ascot), avec le fonds souverain qatari QIPCO.

Les membres de la famille régnante du Qatar, Al Thani, ont aussi fondé au début du XXIème siècle une des écuries de course les plus puissantes de la planète à travers différentes casaques de la famille, très active sur tous les plans, de l’élevage à la compétition.

www.qrec.gov.qa

Longines, le « garde-temps des grandes courses internationales »

Longines

La marque horlogère suisse Longines est engagée dans le monde du sport depuis 1878. Elle a mis sa longue expertise du chronométrage équestre au service des hippodromes de Chantilly, de Deauville et de Longchamp en tant que chronométreur officiel. Le Prix de Diane Longines, disputé en juin sur l’hippodrome de Chantilly, est le symbole de cette association de l’élégance, de la performance et de la précision. Le Prix de l'Opéra, championnat des femelles disputé dans le cadre du week-end du Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, fait aussi partie du répertoire de Longines.

Longines est également le partenaire de la Fédération internationale des autorités hippiques et parraine ainsi les classements internationaux des pur-sang et celui des jockeys. On trouve la marque au sablier ailé également auprès d’organisateurs d’événements hippiques en Australie, aux Émirats et au Qatar, en Amérique du Sud, en Grande-Bretagne en Italie, en Irlande, en Allemagne, à Singapour, au Japon, à Hong Kong et en Chine, et aux États-Unis.

Au travers de ces nombreux partenariats, Longines est associé aux plus grandes rencontres hippiques du Globe et mérite amplement le titre de « garde-temps des courses ».

www.longines.fr

Groupe Barrière, partenaire historique du meeting de Deauville

Né à Deauville, le Groupe Barrière est devenu un des fleurons français de l’hôtellerie et des casinos de luxe à l’international. Son partenariat avec France Galop, qui vit au rythme de la côte normande chaque été depuis la création de l’hippodrome en 1863, est dès lors aussi culturel et historique. L’un et l’autre ont grandement participé à l’émergence de Deauville parmi les grandes destinations balnéaires du monde.

Le groupe a aussi été le partenaire du prix de l’Arc de Triomphe entre 1999 et 2007, et les liens qui unissent France Galop avec lui sont donc particulièrement forts.
Le Grand Prix de Deauville Lucien Barrière, point final de la saison estivale sur la côte normande et tremplin vers le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, perpétue cette union de deux grandes marques de loisirs sur les plages de Normandie.

www.lucienbarriere.com

Juddmonte, un hommage à l’excellence hippique

Juddmonte

La marque Juddmonte représente les intérêts hippiques du prince saoudien Khaled Abdullah, qui consistent en neuf haras ou écuries en Grande-Bretagne, en Irlande et aux Etats-Unis. Créée en 1977, la marque Juddmonte est rapidement devenue, au fil d’une sélection très judicieuse et d’investissements bien compris, un acteur majeur des courses en Europe comme aux Etats-Unis, où est basé son siège social.

Pas moins de 199 différents gagnants de groupe 1 ont été élevés par Juddmonte et ses filiales depuis la première victoire à ce niveau de la casaque vert clair, blanc et rose, en 1980, soit près de six par an, un exploit sans précédent dans le monde du pur-sang. Avec Frankel, invaincu en 14 courses entre 2010 et 2012, considéré comme le meilleur pur-sang du XXIe siècle, et jeune étalon dont les produits font déjà merveille, Juddmonte a définitivement marqué le galop mondial de son empreinte.
En France, Juddmonte détient deux titres de meilleur propriétaire du pays (en 2003 et en 2006), et ses couleurs ont remporté quatre fois à l’arrivée du Prix de l’Arc de Triomphe entre 1985 et 2010 –Flintshire les a amenées à la deuxième place en 2014 et en 2015 par la suite.

Deux Prix du Jockey Club, quatre Grands Prix de Paris et trois Poules d’Essai sont aussi au palmarès de Juddmonte, avec trois Derbies d’Epsom pour un total de 25 classiques en Europe.

En 2001, un an après avoir remporté le Grand Prix de Paris pour la première fois avec Beat Hollow, la marque Juddmonte est associée à cette épreuve fondatrice de l’élevage français et européen car internationale depuis sa création originale en 1863. Désormais programmé le 14 juillet en semi-nocturne, le Juddmonte Grand Prix de Paris est un des rendez-vous les plus populaires de la saison parisienne.

www.juddmonte.com

Darley, l’empire hippique de l’émir de Dubaï

Darley

La marque Darley désigne l’élevage international de pur-sang créé en 1981 par Mohammed ben Rachid Al Maktoum, émir de Dubaï et vice-président des Émirats arabes unis. Ce nom est inspiré par celui d’un des trois chevaux arabes purs, Darley Arabian (1700-1730), d’où descendent tous les pur-sang dans le monde, remémorant ainsi les origines arabes du cheval de course.

De par sa stratégie très volontariste et son implication dans la mondialisation des courses de pur-sang qui s’est a eu lieu à partir des années 80, cheik Mohammed Al Maktoum est devenu un des personnages les plus influents de la planète hippique, en Europe aux Etats-Unis, mais aussi en Australie et au Japon, où il est devenu un des premiers propriétaires étrangers à obtenir le droit de faire courir.

Le cheik Mohammed a aussi utilisé les courses pour faire de Dubaï la métropole cosmopolite qu’elle est devenue aujourd’hui, en créant tour à tour le champ de course de Nad El Sheba puis celui de Meydan, un des plus grands hippodromes du monde, où se déroule chaque année en mars la course la plus riche du programme international, la Dubai World Cup et ses 10 millions de dollars d’allocations…

Darley, pour sa part, propose les services de ses 52 étalons dans six pays à travers le monde, et plusieurs centaines de poulains naissent chaque année sous sa bannière. La plupart se distinguent ensuite pour la casaque du cheik Mohammed Al Maktoum (créée en 1978) ou celle, dubaïote, de Godolphin, créée en 1994 par les frères Al Maktoum pour promouvoir l’émirat à travers le monde.

Le nom de Darley est associé depuis 2006 à la journée du Darley Prix Morny et du Darley Prix Jean Romanet, deux des cinq Groupes 1 du meeting estival de Deauville, mais aussi au Darley Prix Kergorlay (Groupe 2), également disputé ce jour-là.

www.darleyeurope.com

Coolmore, la multinationale du pur-sang

Coolmore

Rares sont les éleveurs de pur-sang dans le monde qui ignorent le nom du haras irlandais Coolmore, première multinationale de l’élevage de pur-sang au monde. Installée en Irlande, aux Etats-Unis et en Australie, cette organisation a commencé à se développer de façon spectaculaire dans les années 70 lorsque se sont réunis trois hommes : un riche et charismatique propriétaire britannique nommé Robert Sangster, le prodigieux entraîneur Vincent O’Brien, et un jeune éleveur ambitieux, John Magnier. L’expertise et la puissance de feu de ces trois hommes combinées, les achats aux Etats-Unis des premiers produits d’un étalon extraordinaire nommé Northern Dancer, sélectionnés et entraînés par O’Brien, financés par Sangster et gérés par Magnier, ont permis à Coolmore de prospérer pour atteindre les sommets mondiaux de l’élevage et de la compétition. L'hégémonie de Coolmore s'est manifestée dans le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe 2016 d'une façon plutôt spectaculaire puisque les trois premiers, à savoir Found, Highland Reel et Order of Saint Georges, tous trois préparés par l'entraîneur attitré du haras Aidan O'Brien, ont pris les trois premières places de la course.

Associé à plusieurs investisseurs au fil du temps, Coolmore est désormais dirigé par John Magnier, qui a su continuer à développer le haras dans un environnement en perpétuel mouvement et se maintenir au premier plan. Les chevaux élevés ou acquis par Coolmore ont gagné les plus grandes épreuves de tous les programmes, et leurs étalons sont parmi les plus recherchés sur les deux hémisphères.

Aujourd’hui, Coolmore, vaisseau-amiral de l’élevage irlandais, commercialise dans ses trois principaux haras une soixantaine de reproducteurs. En particulier, Sadler's Wells, fils de Northern Dancer, puis ses propres fils Montjeu et Galileo ont continué de donner au galop mondial ses plus grands champions.
Cette grande marque est partenaire de France Galop depuis 2006 et le Pour Moi Prix Saint-Alary, un des tremplins printaniers des pouliches de 3ans disputé à Longchamp, porte les couleurs d’un jeune étalon un peu particulier pour les Français : il s’agit de Pour Moi, qui a remporté le Derby d’Epsom en 2011, rompant ainsi une série de 45 années d’échecs français dans le plus grand classique britannique.

www.coolmore.com

Haras de Fresnay-le-Buffard, rôle-titre du prix Jacques Le Marois

Haras Fresnay le Buffard

Le Haras de Fresnay-le-Buffard, dans l’Orne, est un des berceaux de l’élevage français. C’est là que Marcel Boussac, un des plus importants éleveurs-propriétaires d’Europe dans années 20 aux années 70, a fait naître ses plus grands champions, dont 10 lauréats du prix Jacques Le Marois, championnat estival des milers. En 1980, le haras est passé sous le contrôle de Stavros Niarchos, un des plus fameux armateurs grecs de l’après-guerre, qui a su moderniser le haras pour perpétuer la tradition avec un grand succès puisque sous ses couleurs, huit poulains allaient à leur tour inscrire leur nom au palmarès du Prix Jacques Le Marois. Une des lauréates, Miesque, une des plus éclectiques juments du monde à son époque, a gagné la course en 1987 et 1988 avant de produire quelques-uns des étalons les plus recherchés dans le monde dont une lauréate du Prix Jacques Le Marois, East of the Moon, elle-même mère de chevaux d'exception.
Le haras et la course sont donc étroitement liés dans l'histoire de ce Haras de Fresnay-le-Buffard - Prix Jacques Le Marois et leur association, qui date de 1986 (ce qui en fait la plus ancienne actuellement), semblait toute naturelle…

www.harasfresnay.com

Shadwell Stud, à cheval sur deux pur-sang

Shadwell

Créé en 1984 à l’initiative du cheik Hamdan Al Maktoum, frère cadet des deux derniers émirs de Dubaï et ministre des finances de l’émirat, Shadwell regroupe plusieurs haras en Grande-Bretagne, où l’organisation est née, en Irlande et aux Etats-Unis.
À l’image de Darley, Shadwell s’est rapidement hissé vers les sommets de l’élevage mondial de pur-sang, mais aussi de chevaux arabes purs de course, que l’organisation a toujours maintenu à haut niveau en parallèle. On trouve ainsi des étalons arabes rénommés dépendant de Shadwell en Grande-Bretagne, en Irlande, en France et aux Etats-Unis mais aussi en Russie, en Suède et dans le monde arabe. En outre, l’organisation a toujours privilégié des partenariats avec des éleveurs locaux.
La casaque de Hamdan Al Maktoum, représentée aujourd’hui par environ 350 chevaux de par le monde, s’est naturellement alliée avec celle de son frère Mohammed Al Maktoum à la création de Godolphin, en 1994, une écurie internationale dédiée à la promotion de l’émirat de Dubaï.

Shadwell a succédé à Darley pour parrainer le Prix de la Nonette, une épreuve pour pouliches de 3ans disputée à Deauville dans le cadre du meeting estival servant généralement de préparatoire au prix Vermeille, championnat d’automne des pouliches, en 2011.

www.shadwellstud.com

Latin American Racing Channel (LARC), le partenaire d’un nouveau monde

Larc

Le Latin American Racing Channel exporte dans le monde entier les images et les licences de paris des institutions hippiques des principaux pays d’élevage de pur-sang et de course d’Amérique du Sud, en particulier l’Argentine, l’Uruguay et le Pérou.

Les courses de galop dans ces pays ont connu un effort singulier depuis l’entre-deux-guerres et sous l’influence conjointe de l’Europe et de l’Amérique du Nord, leur élevage s’est beaucoup développé. Le programme de courses latino-américain a ainsi rencontré un accueil très favorable du public français lorsque Equidia, la chaîne des courses et du cheval, a commencé à retransmettre ses réunions en France, et c’est pour couronner la réussite de cette entreprise que le LARC est devenu, en 2012, le parrain du Prix Maurice de Gheest (Gr1), un des championnats de l’été à Deauville.

www.larchannel.com

Alerte :



  —  Réunion du à

Live