Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard Jacques Le Marois : Sommet européen des milers

10 août 2017

Dimanche 13 août 2017

 

PRIX DU HARAS DE FRESNAY-LE-BUFFARD JACQUES LE MAROIS (Gr1)

 

3 ans et plus, 1.600 mètres, 700.000€

Créé en 1921

 

Record de la course : 1' 33'' 40 en 2013 (MOONLIGHT CLOUD)

Tenant du titre : AL WUKAIR (m3, IRE, par Dream Ahead), appartenant à Al Shaqab Racing, élevé par Ballylinch Stud, entraîné par André Fabre et monté par Lanfranco Dettori.

La course va se dérouler en 2018 pour la 97ème fois.

Historique
La course fut créée en 1921 en mémoire du comte Jacques Le Marois, président de la Société des Courses de Deauville, décédé en décembre 1920.
A l'origine et jusqu'en 1952, elle était réservée aux 3 ans. Elle comporta des surcharges de 1951 à 1970. Elle ne fut pas disputée en 1940 et eut lieu à Maisons-Laffitte en 1941, 1942, 1943 et 1945, à Longchamp en 1944. Sauf cette année là, elle s'est toujours déroulée en ligne droite.
Le plus grand nombre de partants, quatorze, fut enregistré cinq fois, en 1955, 1959, 1965, 1966 et 1992. Le minimum, trois, fut constaté à deux reprises, en 1923 et 1950. En 2001, Proudwings (entraînée en Allemagne et montée par Christophe Soumillon) avait franchi la ligne d'arrivée en tête, mais fut distancée purement et simplement pour avoir gêné plusieurs adversaires.
Les courses de Deauville fondées en 1864 par le duc de Morny furent organisées par une société de courses indépendante, la Société des courses de Deauville, jusqu'en 1921. Cette année là, le 11 février, fut décidée sa fusion avec la Société d'Encouragement, suite à la mort de son président le comte Jacques Le Marois qui en avait la responsabilité depuis 1911.

Le comte Jacques Le Marois (1865-1920)
Il fut un important propriétaire-éleveur*. Ses couleurs (casaque verte à pois rouges, manches et toque rouges) connurent leurs premiers succès en 1887. Son premier bon cheval fut Chalet gagnant du Prix de la Forêt en 1890. A la fin de l'année suivante, le comte Le Marois se rendit acquéreur du haras de Lonray qu'avait établi aux portes d'Alençon quelque trois décennies plus tôt Armand Donon. C'est là que naquit en 1905 le meilleur représentant de la casaque verte à pois rouges, la pouliche Sauge Pourprée, lauréate de l'Omnium de Deux Ans, du Grand Critérium, de la Poule d'Essai des Pouliches, du Prix du Cadran, 2ème du Prix de Diane et du Grand Prix de Paris. Les autres bons chevaux du comte Le Marois furent Orange Blossom (Prix Hocquart 1904), Princesse Lointaine (Poule d'Essai des Pouliches 1905), Phœnix (Prix Juigné, Furstenberg Memorial à Baden et 3ème du Prix du Jockey Club 1905), Rabat Joie (Prix Gladiateur 1908), Uriel (Grand Critérium 1909), Wagram II (Prix de Malleret, Prix de Flore, 2ème du Grand Prix de Paris 1912). Autres célèbres élèves de Lonray, mais vendus yearlings à Deauville, Justitia (Prix Morny 1898) et Maximum 2ème du Grand Prix de Paris puis héros de l'Ascot Gold Cup en 1903.
Commissaire de la Société des Courses de Deauville depuis 1905, le comte Jacques Le Marois en avait été nommé président en 1911 au décès du comte Florian de Kergorlay. Il était aussi membre du comité de la Société d'Encouragement (depuis 1907) et de la Société de Sport de France (depuis 1889) où il était commissaire depuis 1902 et avait été avec le comte Paul de Pourtalès un des initiateurs de l'hippodrome du Tremblay ouvert en 1906. Les couleurs du comte Jacques Le Marois, reprises après la Seconde Guerre mondiale par son fils Jean-Léonor, connurent un succès classique à Deauville en 1966 avec Le Conquérant vainqueur du Prix Morny et furent portées par un bon sauteur Goémon, 2ème du Prix Murat en 1972 à Auteuil avant de disparaître prématurément.
* Il ne faut pas le confondre avec son cousin le comte Paul Le Marois, décédé en 1889, fondateur du haras de Pépinvast dans la Manche où sa veuve continua un élevage de qualité.

Partenariat
C'est en 1986 que le haras de Fresnay-le-Buffard décida de parrainer une des principales courses du meeting de Deauville. Le choix du Prix Jacques Le Marois s'imposa pour deux raisons. Parce que c'est l'une des courses les plus sélectives du programme européen. Et parce que Fresnay-le-Buffard évoque le nom de Marcel Boussac dont les chevaux détiennent le record des victoires, dix, dans le Prix Jacques le Marois. C'est à Fresnay-le-Buffard, acquis par lui en 1919, que Marcel Boussac éleva la quasi totalité de ses chevaux dont les meilleurs lui permirent d'établir plusieurs records de victoires. Outre ce record du Prix Jacques Le Marois, Marcel Boussac détient celui du Prix du Jockey Club que ses chevaux remportèrent douze fois, entre 1922 et 1978.
C'est justement dans le haras de Fresnay-le-Buffard que Stavros Niarchos installa début 1980 l'effectif européen de son élevage. Situé dans l'Orne, sur la commune de Neuvy-au-Houlme à quelques kilomètres de Falaise, le haras fut alors modernisé. Et on peut affirmer que le successeur s'est montré digne de son prédécesseur. Les couleurs de la famille Niarchos (casaque gros bleu, croix de saint-André bleu clair, manches rayées bleu clair et gros bleu, toque blanche) n'ont-elles pas été victorieuses huit fois, entre 1987 et 2003, dans le Prix Jacques Le Marois et trois fois (1993, 1998, 2002) dans le Prix du Jockey Club ? Bilan global des pensionnaires du haras de Fresnay-le-Buffard : dix-huit Prix Jacques Le Marois ; quinze Prix du Jockey Club ! Egalement associé à la Famille Niarchos, Whipper, le lauréat du Prix Jacques Le Marois de 2004, élevé par Flaxman Holding - marque de fabrique de nombreux chevaux de la famille - qui avait été vendu foal à Robert-C. Strauss.

Visiteurs
C'est une des courses françaises qui a le mieux contenu les assauts des visiteurs étrangers qui ne comptent que douze victoires avant l'année 2017. Deux venus d'Allemagne, Priamos (1970) et Lirung (1986), tous deux entraînés par Heinz Jentzch ; huit provenant d'Angleterre, Lear Fan (1984), Sayyedati (1993), Dubai Millenium (1999), Muhtathir (2000), Dubawi (2005), Librettist (2006), Kingman (2014) et Ribchester (2016) ; un venu d’Irlande, Excelebration (2012) ;  et un arrivé spécialement du Japon, Taiki Shuttle (1998).

Les femelles
Elles comptent vingt-huit victoires, presque toutes acquises par des sujets de très haute qualité. Pour exemple : Zariba (1922) Prix Morny, 2ème du Prix de Diane ; Pearl Cap (1931) Prix de Diane, Prix de l'Arc de Triomphe ; En Fraude (1937) Prix de Diane ; Hula Dancer (1963) Grand Critérium, Mille Guinées, Moulin de Longchamp, Champion Stakes ; Astaria (1965) Prix Vermeille ; Lianga (1975) Prix de l'Abbaye de Longchamp, July Cup ; Flying Water (1977) Mille Guinées, Champion Stakes ; Luth Enchantée (1983) Prix du Moulin de Longchamp ; Miesque (1987, 1988) Breeders' Cup Mile deux fois ; Sayyedati (1993) Mille Guinées ; East of the Moon (1994) Prix de Diane ; Banks Hill (2002) Breeders' Cup Filly & Mare Turf ; Six Perfections (2003) Breeders' Cup Mile ; Goldikova (2009) Breeders' Cup Mile 3 fois ; et Moonlight Cloud (2015) Prix Maurice de Gheest trois fois, Prix de la Forêt.

Propriétaires

  • Marcel Boussac (10 victoires) : Zariba (1922), Xander (1928), Cillas (1938), Sémiramide (1939), Priam (1944), Coaraze (1945), Djelal (1947), Golestan (1948), Arbèle (1952) et Canthare (1953).
  • Stavros Niarchos et famille Niarchos (8 victoires) : Miesque (1987 et 1988), Hector Protector (1991), Exit to Nowhere (1992), East of the Moon (1994), Spinning World (1996 et 1997) et Six Perfections (2003).
  • Godolphin (5 victoires): Dubai Millenium (1999), Muhtathir (2000), Dubawi (2005), Librettist (2006) et Ribchester (2016).
  • Daniel Wildenstein (4 victoires) : Lianga (1975), Gravelines (1976), Flying Water (1977) et Vin de France (1985). 

Entraîneurs

  • François Boutin (7 victoires) : Nonoalco (1974), Miesque (1987 et 1988), Priolo (1990), Hector Protector (1991), Exit to Nowhere (1992) et East of the Moon (1994).
  • André Fabre (7 victoires) : Polish Precedent (1989), Miss Satamixa (1995), Vahorimix (2001), Banks Hill (2002), Manduro (2007), Esoterique (2015), Al Wukair (2017).
  • Charles Semblat (6 victoires) : Priam (1944), Coaraze (1945), Djelal (1947), Golestan (1948), Arbèle (1952) et Canthare (1953).
  • John Cunnington junior (5 victoires) : Klairon (1955), Net (1961), Gris Vitesse (1969), Irish River (1979) et Luth Enchantée (1983). 

Jockeys

  • Freddy Head (6 victoires) : Carabella (1967), Lyphard (1972), Northjet (1981), Miesque (1987 et 1988) et Hector Protector (1991). Il a en outre gagné trois fois la course comme entraîneur avec Tamayuz (2008), Goldikova (2009) et Moonlight Cloud (2013).
  • Roger Poincelet (5 victoires) : Djelal (1947), Golestan (1948), Fort Napoléon (1950), Buisson Ardent (1956) et Hula Dancer (1963).
  • Jean Deforge (5 victoires) : Klairon (1955), Net (1961), La Bamba (1964), Astaria (1965) et Luthier (1968).
  • Cash Asmussen (5 victoires) : Polish Precedent (1989), Exit to Nowhere (1992), East of the Moon (1994) et Spinning World (1996 et 1997).